http://dechets.sudmessin.fr/uploads/images/illustrations-rubriques/illus-prevention-dechets.png

Illustration de la page La gestion individuelle des biodéchets La gestion individuelle des biodéchets

 
Partager sur Facebook Envoyer à un ami

Les biodéchets, c’est quoi ?

On appelle « biodéchets » les résidus d’origine végétale ou alimentaire qui peuvent être dégradés par des micro-organismes. Ils incluent les déchets de jardin (tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, etc.), les déchets de cuisine (épluchures, marc de café, filtres en papier, fruits et légumes abîmés, etc.) et certains déchets de maison (mouchoirs en papier, plantes d’intérieur, etc.).

Que peut-on en faire ?

Les biodéchets sont entièrement valorisables par des actions facilement réalisables à votre domicile : le compostage et le mulching (ou paillage).

Pourquoi le faire ?

D’après une étude réalisée en 2007, les Ordures Ménagères Résiduelles sont composées de 33% de biodéchets. En les gérant vous-même, vous allégez sensiblement votre poubelle ainsi que votre production de déchets qui part à l’incinération, une diminution qui peut représenter jusqu’à 70 kg par habitant et par an !

Cette pratique participe ainsi pleinement à la réduction du coût de la collecte des Ordures Ménagères. De plus, grâce aux actions de valorisation, vous obtenez un amendement naturel gratuit utilisable directement dans votre jardin.

Le compostage

Il s’agit d’un procédé de transformation des matières biodégradables par le biais de micro-organismes. Le produit obtenu, le compost, est un amendement organique comparable à l’humus, très utile en agriculture et en jardinage. Il représente un excellent engrais peu coûteux.

Pratiquement tous les biodéchets peuvent être valorisés par le compostage.

Il existe différentes manières de pratiquer le compostage.

1° Le compostage en tas

Cette technique consiste à regrouper les déchets directement sur le sol afin de former un tas d’une hauteur variable. Cela convient à ceux qui disposent de place et n’ont pas beaucoup de temps à consacrer au compostage.

2° Le compostage en bac

Le composteur contient un volume réduit de déchets et limite les effets de surface tels que l’assèchement ou le refroidissement. Il doit être placé directement sur le sol pour que les organismes décomposeurs puissent circuler entre la terre et les matières en décomposition.

Un composteur convient uniquement pour les petits volumes. Il est toutefois possible d’en utiliser plusieurs et d’éviter ainsi de mélanger les déchets frais et le compost en maturation.

Toutefois, pour que le compostage en bac fonctionne correctement, il faut y consacrer du temps et notamment le surveiller fréquemment pour éviter certaines dérives.

3° Le lombricompostage (ou vermicompostage)

Il s’agit d’un « compostage à froid », plus rapide que le compostage en tas car les vers stimulent la population microbienne et accélèrent la transformation des résidus organiques. Cette technique n’entraîne aucune montée de température et aucune odeur, c’est pourquoi elle peut être pratiquée en intérieur à l’aide d’un lombricomposteur.

Le mulching (ou paillage)

Le paillage consiste à recouvrir le sol, au pied des plantes cultivées, avec des matières végétales opaques mais laissant passer l’air et l’eau. Cette pratique protège la structure de la terre et limite les pertes d’eau et la croissance des mauvaises herbes.

Cependant, on appelle également paillage ou mulching la technique de fertilisation naturelle, qui consiste à laisser l’herbe coupée sur la pelouse lors de la tonte. Les brins d’herbe vont alors se décomposer sur le sol et fournir ainsi un engrais naturel à votre pelouse et lui redonner des éléments nutritifs et de l’eau. Le mulching vous dispense également de ramasser l’herbe après la tonte.

Le compost

Le compost est bénéfique pour le sol (action à long terme en sa qualité d’amendement) et fait pousser votre jardin (qualité d’engrais).

Le processus de compostage domestique peut varier de deux mois à deux ans selon les déchets utilisés et l’effort fourni.

Quand et comment utiliser le compost ?

Avant maturité : vous pouvez utiliser votre compost avant maturité en surface, en paillage sur la terre, au pied des arbres ou sur des cultures déjà avancées.

Ces actions s’effectuent de préférence à l’automne.

A maturité : vous pouvez incorporer le compost mûr dans les premiers centimètres du sol, par griffage, durant la période de végétation. Vous avez également la possibilité de le tamiser pour confectionner des terreaux, en mélange avec de la terre et du sable.

Ces actions s’effectuent de préférence au printemps, en utilisant le compost de l’année passée.

Un compost mûr se caractérise par un aspect homogène, une couleur sombre, une agréable odeur de terre de forêt et une structure grumeleuse qui s’émiette. Sa texture est fine et friable.

Documents utiles Documents utiles

Illustration compostage
Illustration déchets